Entrée en vigueur de la norme WLTP : les bonnes affaires des perdants

Posté par Lea Esteban le 5 juil. 2018 12:00:00
L’entrée en vigueur des nouvelles normes de mesures d'émissions en conditions réelles des véhicules (WLTP) bouscule actuellement les constructeurs et distributeurs de véhicules. 


Entre les concessions qui s’y préparent depuis des années et celles qui sont en retard, toutes ne sont pas logées à la même enseigne et la facture risque d’être salée pour les marques qui sont en retard dans la mise aux normes de leur gamme. Acculées par le calendrier, certaines n’auront d’ailleurs pas d’autre choix que d’immatriculer elles-mêmes “sur parc” des milliers de véhicules bientôt obsolètes, créant une opportunité pour les acheteurs prêts à s'accommoder d’un véhicule d’occasion avec 0 km.

OK PHOTO WLTP

QUID de la norme WLTP ?

La norme WLTP va remplacer dès septembre 2018 la norme NEDC qui est une norme européenne. Les tests européens actuels ont été définis il y a bien longtemps (années 80). Les moteurs étaient d’une toute autre ère. Avec l’arrivée des moteurs hybrides, il a été nécessaire de créer de nouveaux tests, harmonisés au niveau mondial.

Ceux-ci permettent d’être plus réalistes quant à l’émission des véhicules, car ils prennent en compte des distances plus longues, des vitesses plus élevées ainsi que les équipements inclus dans le véhicule.

Nouveauté à noter : ces tests s’effectueront en laboratoire uniquement. L’évaluation des normes devra se faire selon un contrôle strict des variables.

Prenons par exemple un contrôle sur des routes réelles (ce qui était le cas jusqu’à présent), les calculs sont alors incertains de par les conditions climatiques (vent, température etc..), le trafic présent sur la route ainsi que le comportement des autres conducteurs et la qualité de revêtements de la route.

Le laboratoire permet d’avoir les résultats exacts et de reproduire les mêmes tests au niveau mondial en restant le plus réaliste possible par rapport à la conduite réelle. Ces tests tendront à définir un usage moyen qui ne pourra pas correspondre au cas par cas.

NEDC et WLTP : les différences

  NEDC WLTP
Temps de trajet

Le cycle NEDC dure 1180s (environ 20 minutes)

Elle se découpe en deux parties : une simulation de roulage urbain pendant 800s et un extra-urbain pendant 400s.



Le test WLTP va plus loin en allant jusqu’à 1800s (30 minutes piles)

La WLTP dure 1800s (50% de plus que la NEDC) et se découpe en quatre parties : une zone basse vitesse durant 589s, une zone à vitesse modérée pendant 433s, une zone à vitesse élevée pendant 455s et pour finir une dernière à haute vitesse qui dure 323 secondes.

Distances Le cycle NEDC consiste à simuler un parcours de 11 km : 4 km pour la zone lente et 7 km pour la zone à vitesse plus élevée. La WLTP fait parcourir au véhicule une distance de 23,2 km : 3,1 km à vitesse lente, 4,1 km à vitesse moyenne et 7,1 m à haute vitesse et 8,2 km à vitesse ultra élevée.
Vitesses moyennes Le cycle NEDC impose une vitesse de 33,6 km/h soit 18,35 km/h en zone urbaine et 62,5km/h en zone rurale et autoroutes. Le test WLTP consistera à rouler à une moyenne de 46,5 km/h soit 18,9 km/h pour la zone vitesse lente, 39,5 km/h pour la zone à vitesse moyenne, 56,6 km/h pour la section rapide et 92 km/h pour les vitesses élevées.
Vitesse maximale La NEDC impose une vitesse maximale de 120 km/h. La norme WLTP passe à 131 km/h.
Accélération La NEDC impose un 0 à 50 km/h en 26s. La WLTP l’impose en 14s.
Températures La NEDC effectue une exposition de plusieurs heures dans une zone entre 20° et 30°. La WLTP l’expose à une température plus basse à 14°, ce qui permet de rendre les moteurs plus froids (donc moins efficaces) en début de tests, il y a donc des difficultés supplémentaires pour les véhicules électriques qui ne sont pas friands des températures basses.
Temps d’arrêt Les temps d’arrêt sur la norme NEDC représentent environ 25% du temps. La norme WLTP elle représente environ 13% du temps.
Changements de vitesse Sur la norme NEDC, les changements sont fixes et déterminés à l’avance. Avec la WLTP les changements de vitesse seront déterminés par un calcul effectué par un algorithme.
Conditions initiales Les tests NEDC, le véhicule était optimisé (tous les accessoires éteints, pneus gonflés…) La WLTP chargera le véhicule en poids et introduira des équipements liés à la version testée.

 

Comment les constructeurs vont-ils effectuer la transition?

À partir du 1er Septembre 2018, les constructeurs des marques devront se plier au cycle WLTP. La nouvelle procédure d’homologation inquiète fortement les constructeurs.

Cette norme engendrera complexité et surcoûts. Elle fera également grimper les taux de CO2 ou de gaz polluants affichés. Un changement qui va bouleverser le quotidien des constructeurs automobiles européens et pèsera lourdement sur leurs marges prévues et principalement sur leur production. Les incertitudes se font de plus en plus fréquentes et la plupart des parties ne savent pas à quelle vitesse les autorisations seront données et surtout si les automobilistes seront prêts à payer.

Et pour cause, à compter du 1er septembre, la consommation de carburant de toutes les voitures en vente ainsi que leurs émissions devront être minutieusement mesurées selon la nouvelle norme. Comme vu en haut, elle sollicitera davantage le moteur du véhicule, comprendra moins de temps au ralenti et sera composée d’un test sur route.

La procédure vire au casse-tête pour les constructeurs et devient de plus en plus contraignante. Il va falloir ré homologuer tous les véhicules et certains constructeurs coulent déjà sous la gestion administrative qui devient beaucoup plus lourde. Il va leur falloir adapter leurs parcs ou leurs moteurs pour ne pas voir leurs taux grimper en flèche.

Certaines marques partagent leurs inquiétudes sur la mise en place de la norme WLTP. Mercedes, Volkswagen, Renault, Audi, Volvo, BMW, Peugeot, Renault... se sont déjà exprimées au sujet de la nouvelle norme.

Il apparaît que certains constructeurs se sont préparés depuis longtemps à l’arrivée de cette nouvelle norme. D’autres, au contraire, sont légèrement pris de cours et doivent impérativement arrêter les productions et les ventes de certains véhicules car ils ne sont pas conformes à la réglementation. 


Pour en savoir plus, découvrez le détail chez 7 marques automobiles européennes :

Consulter l'article


Sujets : Insider

Inscrivez-vous à notre Newsletter !